Le miel est sans aucun doute l’une des meilleures choses que la nature ait créées. Avec un goût unique qui peut tout aussi bien être mangé tel quel, ou alors utilisé dans de nombreuse recettes de cuisine, le miel est un incontournable dans le domaine culinaire. De nombreuses études ont également démontré les vertus du miel sur le corps humain  ; il a en effet été prouvé que le miel aidait à réguler le métabolisme, à booster la mémoire, à nourrir la peau, ou encore fortifier le système immunitaire. Puisque le miel nous est très bénéfique, il serait intéressant de savoir d’où il vient.

Le miel est une substance alimentaire sucrée et visqueuse produite par les abeilles et certains insectes apparentés. La saveur sucrée du miel provient du monosaccharide fructose et du glucose, et c’est ce qui lui donne à peu près la même saveur que le saccharose qui constitue le sucre cristallisé. Le miel possède des propriétés chimiques attrayantes pour la gastronomie, et a un goût très distinctif lorsqu’il est utilisé comme édulcorant. L’une des particularités les plus intéressantes du miel réside dans le fait que, s’il est bien conservé, il ne peut se périmer.

© Pexels

Le miel a un effet extrêmement bénéfique sur l’être humain. C’est un produit biologiquement actif, et sa composition est très riche et complexe. La composition exacte du miel dépend des fleurs que les abeilles pollinisent. Tous les composants du miel sont cependant utiles pour la santé humaine. Le miel contient plus de 300 substances qui affectent favorablement le processus métabolique dans le corps. Une cuillère à soupe de miel fournit notamment 46 calories. Le miel est généralement sans danger, sauf en cas de surconsommation ou d’allergie.

La fabrication du miel par les abeilles

Une abeille commence la fabrication du miel en visitant une fleur et en récupérant une partie de son nectar. De nombreuses plantes utilisent le nectar pour encourager les insectes, tels que les abeilles, les guêpes, et les papillons, à les polliniser. Lors du processus de collecte du nectar, l’insecte transfère les grains de pollen d’une fleur à une autre, et pollinise donc la fleur. La plupart des nectars de fleurs ressemblent à de l’eau sucrée, c’est-à-dire à du saccharose mélangé à de l’eau. Les nectars peuvent également contenir d’autres substances.

Wikipedia

Pendant environ une demi-heure, dans l’estomac de l’abeille, le nectar se mélange aux protéines et aux enzymes produites par les abeilles, transformant ainsi le nectar en miel. Pour faire du miel, deux choses s’y passent. D’abord, une des enzymes produites par les abeilles transforme le saccharose en glucose et en fructose. Une grande partie de l’humidité est évaporée, ne laissant environ que 18 % environ d’eau dans le miel. Ensuite, une petite quantité de glucose est attaquée par une deuxième enzyme, et est convertie en acide gluconique et en peroxyde d’hydrogène.

LES ABEILLES DOIVENT RÉCOLTER LE NECTAR DE DEUX MILLIONS DE FLEURS POUR OBTENIR 0,5 KG DE MIEL

L’acide gluconique transforme le miel en un milieu acide dont le pH est bas et inhospitalier pour les bactéries, les moisissures et les champignons  ; tandis que le peroxyde d’hydrogène confère une protection à court terme contre ces mêmes organismes lorsque le miel est dilué. Les abeilles déposent ensuite le miel dans une ruche en cire d’abeille, constitué de cellules hexagonales appelées alvéoles. Ils répètent cette opération jusqu’à ce que la ruche soit pleine. Lorsque cela est fait, les abeilles recouvrent la ruche avec de la cire et passent à la ruche vide suivante, en recommençant tout le processus.

L’apiculture

Les abeilles sont à l’origine des animaux sauvages, mais les humains ont appris à les garder en captivité. L’apiculture consiste à élever et à soigner les abeilles mellifères afin de pouvoir en récolter le miel, mais aussi favoriser leurs services en tant que pollinisateurs de fleurs, de fruits et de légumes. La pratique est très répandue, et les abeilles sont élevées partout dans le monde, que cela soit dans les grandes villes et les villages, dans les fermes et les pâturages, ou dans les forêts, et les déserts.

L’ABEILLE MOYENNE NE PRODUIRA QU’UN DOUZIÈME DE CUILLÈRE À CAFÉ DE MIEL AU COURS DE SA VIE