#coronavirus


l’essentiel
Après le coup d’arrêt du confinement, les entreprises reprennent vie peu à peu. Mais environ 22% des patrons interrogés par une start-up spécialisée envisageraient de licencier du personnel ces prochains mois en France.

Après la crise sanitaire, le choc social. Un patron interrogé sur cinq  (22%) envisage de réduire les effectifs de son entreprise ces prochains mois, selon une étude menée par StaffMe, une start-up spécialisée dans la mise en relation entre entreprises et travailleurs indépendants. 

Selon ses conclusions, dévoilées par Le Parisien, les licenciements envisagés pourraient s’approcher de 20% des effectifs. La start-up StaffMe opère pour le compte de 3700 sociétés, de la PME au grand groupe. « Beaucoup anticipent la fin du chômage partiel, qui leur a permis de tenir jusqu’ici, analyse Jean-Baptiste Achard, le directeur général de StaffMe, cité par le journal. Ils ne voient pas d’autre choix que de licencier pour éviter la faillite. »

Plusieurs grands groupes en difficulté

Chômage technique partiel ou total, prêts garantis par l’État, reports de charge : de nombreuses entreprises sont sous perfusion publique depuis le 17 mars, mais comment se passera le retour à la réalité ? Impossible pour l’heure de le dire. Ce chiffre de 22%, avancé par StaffMe, n’a pas valeur d’indicateur officiel.

Dans notre région, le groupe Airbus envisage néanmoins une réduction de 10% de ses effectifs, soit environ 13 000 postes. Une perspective qui angoisse les sous-traitants aéronautiques de la région toulousaine. Au niveau national, plusieurs grandes enseignes sont aussi dans la tourmente, notamment la chaîne d’ameublement Alinéa, au bord de la faillite et qui emploie 9 000 salariés. 

Quelle reprise à venir en Occitanie ?

Il faut néanmoins nuancer les résultats bien sombres de cette étude pour l’Occitanie. Une note de conjoncture publiée lundi par la Banque de France se veut un peu plus rassurante. »Pour le mois de mai, les chefs d’entreprise anticipent une hausse assez généralisée de la production industrielle et une évolution également favorable mais plus contrastée des courants d’affaires dans les services marchands », analysent ces économistes.

Dans le détail : « Dans l’industrie, la perte d’activité aurait été moins importante en Occitanie qu’au niveau national, selon la Banque de France. Les chefs d’entreprise anticipent une amélioration dans tous les secteurs au cours du mois de mai. » Mais la reprise est plus incertaine dans le secteur des services marchands de la région. « La région apparaît plus en retrait du fait du repli plus marqué de l’informatique. En mai, la reprise s’annonce plus importante en Occitanie qu’au niveau national. »



Source

happy wheels 2
Visionnez des milliers de vidéos drôles et tous les buzz du moment. Le meilleur de l'actualité insolite du web sélectionné par Wiki01 !