#coronavirus


Une « vague extrêmement élevée » de l’épidémie de Covid-19 déferle désormais sur la France où près de 33.000 cas et 1.995 morts à l’hôpital sont désormais comptabilisés. La situation est toujours très critique dans le Grand Est et en Île-de-France, où les capacités d’accueil en réanimation sont saturées dans plusieurs établissements. Au total, 3.787 personnes sont aujourd’hui dans un état grave en réanimation.

Plus de 300.000 cas de covid-19 ont été officiellement diagnostiqués en Europe, dont quasiment la moitié en Italie (86.498) et en Espagne (64.059), selon un nouveau comptage. Avec 18.289 décès, l’Europe est le continent le plus durement touché par la pandémie, devant l’Asie (102.043 contaminations, dont 3.683 décès), foyer initial de la contagion.

Les principales informations à retenir

> 33.000 cas et 1.995 morts en France. Plus de 300.000 dans le monde

> Le confinement est prolongé jusqu’au 15 avril

> La Chine, qui ne comptabilise plus de cas locaux, ferme ses frontières

> Le bilan grimpe en Allemagne

Le nombre de cas de contamination au coronavirus en Allemagne atteint 48.582, pour 325 morts, a annoncé samedi l’institut Robert-Koch, autorité fédérale de la santé. Cela représente 6.294 cas et 55 morts supplémentaires par rapport au bilan de la veille.

L’Allemagne n’assouplira pas avant le 20 avril au plus tôt ses mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus, a déclaré le chef de la chancellerie fédérale au journal Tagesspiegel. Il a ajouté que les restrictions susceptibles d’être allégées à partir du 20 avril seraient décidées bien avant cette date.

> Les ambulanciers en première ligne

Jamais les 57.000 ambulanciers exerçant leur profession en France n’avaient été autant en première ligne, et dans une telle situation à risque. D’un côté, les carnets de commandes des 5.500 entreprises de la profession se sont brusquement évaporés. Leur activité normale a chuté de 60 à 70 % du fait du report des interventions médicales non urgentes et le report de soins classiques « programmés ».

De l’autre côté, lorsqu’ils sont toujours en activité, les professionnels le font avec la peur au ventre depuis l’apparition du Covid-19. Dans cette profession très atomisée, ceux qui roulent toujours transportent dans la même journée une demi-douzaine de patients, tous suspectés d’être porteurs du virus, tant qu’un test n’a pas démontré le contraire.

> Point sur la situation sanitaire dans la journée

Le Premier ministre a indiqué qu’il tiendrait un point presse samedi avec le ministre de la Solidarité et de la Santé, Olivier Véran, sur la situation sanitaire, ainsi que les problèmes de masques ou de tests.

> En France, le transfert de patients s’accélère

Une diagonale du transfert médical : l’évacuation de malades du Grand Est vers la Nouvelle-Aquitaine va s’accélérer ce week-end, avec l’envoi d’une quarantaine de nouveaux patients atteints du coronavirus, alors que l’Ile-de-France frôle la saturation.

La Nouvelle-Aquitaine dispose en « soins critiques » (incluant la réanimation, les soins intensifs et continus) de 1.640 lits dont 569 disponibles. Une situation qui contraste avec celle de l’Ile-de-France, de plus en plus tendue : sur 1.500 places dans les services de réanimation de la région parisienne, 1.300 lits sont actuellement occupés.

> Aucune transmission locale en Chine, les arrivées restreintes

Les autorités sanitaires chinoises ont indiqué samedi avoir répertorié la veille 54 nouveaux cas de contamination au coronavirus en Chine continentale, tous impliquant des personnes venues de l’étranger, alors que de nouvelles mesures de restriction visant les voyageurs entrent en vigueur.

Avec une économie à la peine, un pouvoir d’achat des Chinois en berne et une pandémie qui paralyse désormais les principaux partenaires commerciaux du géant asiatique, la Chine pourrait laisser filer son déficit à 3,5 % cette année, estime l’économiste Ting Lu de la banque d’investissement Nomura. Il exclut cependant un plan de relance massif comme lors de la crise financière de 2008-9 alors que Pékin cherche à assainir ses finances.

> « Tous unis contre le virus »

La Fondation de France, l’AP-HP et l’Institut Pasteur lancent ensemble un appel à la solidarité pour aider les soignants, les chercheurs et les personnes vulnérables. Le monde de la gastronomie et de l’alimentaire apporte sa pierre à l’édifice.

> « Désolé, certains vont mourir »

Le Président brésilien, Jair Bolsonaro, s’est attiré les foudres d’une grande partie de la classe politique en estimant qu’une paralysie de l’économie serait plus néfaste qu’un confinement généralisé visant à limiter la propagation de l’épidémie, qualifiant le coronavirus de « petite grippe ».

« Je suis désolé, certaines personnes vont mourir, c’est la vie », a déclaré Jair Bolsonaro lors d’un entretien télévisé vendredi soir. « Vous ne pouvez pas arrêter une usine automobile à cause des accidents routiers », a-t-il ajouté.

> Un test « portable » américain donne les résultats en cinq minutes

La compagnie Abbot Laboratories a affirmé dans un communiqué que l’agence fédérale américaine du médicament (FDA) lui a donné l’autorisation de commencer à produire ces tests – capables de notifier en cinq minutes si une personne est atteinte du coronavirus et en 13 minutes si les résultats sont négatifs – qu’elle sera en mesure de fournir aux professionnels de la santé dès la semaine prochaine.

Grâce à ses dimensions réduites, le dispositif pourra être utilisé à l’extérieur des hôpitaux, a précisé le responsable. Néanmoins, ce dispositif n’a pas reçu le feu vert de la FDA. Il a été autorisé pour une utilisation d’urgence seulement par des laboratoires agréés et des prestataires de soins de santé, a souligné Abbot Laboratories.

> L’hydroxychloroquine marque des points

Le gouvernement a signé un décret autorisant la prescription de l’hydroxychloroquine en milieu hospitalier pour soigner le Covid-19. Il invoque « l’état d’urgence sanitaire » et exige un encadrement médical strict.

> Rebond des nouveaux cas en Corée du Sud

La Corée du Sud a fait état samedi de 146 nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus, le total quotidien le plus élevé depuis deux semaines. Après un pic de 909 nouvelles contaminations le 29 février, les autorités sanitaires avaient rapporté quotidiennement moins d’une centaine de cas supplémentaires au cours des derniers jours.

Le Centre de contrôle et de prévention des maladies (KCDC) a indiqué samedi que le bilan de l’épidémie dans le pays était désormais de 9.478 cas et que cinq décès supplémentaires ont été recensés, portant le total à 144 décès.

> Des fournisseurs d’Apple s’inquiètent d’un déclin de la demande d’iPhone

Un haut représentant de l’une des principales sociétés auxquelles Apple fait appel pour assembler les iPhone a déclaré que les commandes de la société américaine pour le trimestre prenant fin en mars devraient avoir baissé de 18 % en rythme annuel.

Cette source a ajouté que la hausse de la production programmée pour les nouveaux modèles compatibles avec le réseau 5G a été reportée, même s’il est possible que ces modèles soient comme prévu disponibles l’automne prochain.

« Personne ne parle de pénurie de main-d’oeuvre ou de matériel (en Chine) désormais. Tout le monde regarde si la demande venant des Etats-Unis et d’Europe va pouvoir suivre ».

> Trump signe le gigantesque plan de relance américain

Donald Trump a paraphé ce vendredi le plan de sauvetage massif de l’économie américaine , qui va finalement entrer en vigueur après plusieurs jours de négociations au Sénat puis à la chambre des Représentants. D’un montant supérieur à 2.000 milliards de dollars (1.842 milliards d’euros), il doit soutenir les industries, les petites entreprises et les citoyens affectés par l’épidémie de Covid-19.

Les Etats-Unis, où le nombre de cas recensés de Covid-19 explose, ont dépassé vendredi la barre des 100.000 personnes infectées, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.

Fitch abaisse la note du Royaume-Uni

L’agence de notation Fitch Ratings a annoncé vendredi avoir abaissé la note de solidité financière du Royaume-Uni, à AA-, assortie d’une perspective négative. Cette dégradation « reflète les graves dommages à court terme pour l’économie britannique causés par l’épidémie de coronavirus et l’incertitude persistante concernant les relations commerciales entre le Royaume-Uni et l’UE après le Brexit », a expliqué Fitch dans un communiqué.

Comme d’autres pays, le Royaume-Uni a dû se résoudre à arrêter des pans entiers de son économie dans un effort pour ralentir la propagation de la maladie. Ces mesures draconiennes vont entraîner « une contraction profonde centrée sur le deuxième trimestre », ajoute Fitch.



Source

happy wheels 2
Visionnez des milliers de vidéos drôles et tous les buzz du moment. Le meilleur de l'actualité insolite du web sélectionné par Wiki01 !