Restez curieux.
Suivez nous !

Il est l’un des prédateurs les plus redoutés de la savane et l’animal terrestre le plus rapide au monde. Avec une vitesse de pointe de 29m/s, le guépard est un félin dont la course fascine. Mais comment est-il capable de courir si vite sans perdre l’équilibre ? Grâce à la technologie, le mystère est levé et il est lié à une caractéristique unique du squelette de l’animal.

 

PERCER LE SECRET DU GUÉPARD GRÂCE À LA 3D

L’étonnante capacité du guépard à courir à grande vitesse sans tomber a été le sujet central d’une étude menée par l’équipe de Camille Grohé, chercheuse au Muséum américain d’Histoire Naturelle. Afin de mieux comprendre comment l’animal parvient à garder l’équilibre, les scientifiques ont voulu le comparer à d’autres félins. Ils ont donc fait appel à une technologie d’imagerie qui peut recréer en 3D la structure d’un échantillon de crâne sans le détruire.

Via cette technologie (connue sous le nom de micro-tomographie à rayons X), les chercheurs ont reconstitué 21 crânes de félins. Issus de 14 espèces différentes, ils ont pu être comparés avec celui d’un guépard pour voir si des éléments différaient ou non. Sur les 14 espèces de félins, 12 vivent actuellement à la surface de notre planète et les 2 restantes proviennent d’animaux disparus comme Acinonyx pardinensis.

 

UN TRAIT QUE L’ON NE TROUVE CHEZ AUCUN AUTRE FÉLIN ?

Sur les crânes des 21 félins reconstitués, les chercheurs se sont penchés sur un détail en particulier : le système vestibulaire de l’oreille interne. Tout comme chez l’Homme, il s’agit de l’organe de l’équilibre. Grâce à ce dernier, nous pouvons donc rester debout en toute situation, adapter la position de notre tête ou orienter le regard.

Le système vestibulaire des félins a été comparé grâce à la technologie de la micro-tomographie à rayons X. Les résultats ont révélé que seul le guépard possédait un système vestibulaire de forme et de proportion différentes. Ces caractéristiques rendent son oreille interne parfaitement adaptée à la course à grande vitesse et lui permettent de chasser sans risquer de tomber.

Camille Grohé explique que grâce à cette oreille interne hors-norme, « si vous regardez un guépard courir au ralenti vous pourrez voir un exploit incroyable durant son déplacement : ses pattes, son dos et ses muscles bougent avec une puissance coordonnée. Mais sa tête ne s’agite absolument pas ».