Au Canada, l’hebdomadaire Maclean’s souhaite ouvrir le dialogue de l’égalité des sexes sur la question des salaires. Il fait payer l’un de ses numéros plus cher de 26 % pour les hommes. Le journal justifie cette différence de prix par les inégalités salariales entre hommes et femmes du pays, dans la continuité actuelle du mouvement #MeToo.

 

Un magazine, deux couvertures, deux prix différents

Le magazine a créé deux couvertures avec deux prix bien différents pour marquer son engagement. L’une est à 8,81 $, l’autre au prix habituel de 6,99 $. Cet écart représente la différence salariale actuelle de 26 % au Canada, entre les hommes et les femmes qui travaillent à plein temps.

« Notre espoir est que ces deux couvertures suscitent le genre de conversations urgentes dont on parle déjà ailleurs dans le monde », comme avec le mouvement #MeToo, explique le magazine. Le but est de faire réagir et d’engager la discussion sur le sujet. Toutefois, les hommes ne sont pas obligés de payer le prix fort. Les lecteurs peuvent choisir.

Au Canada, l’inégalité salariale varie de 8 à 50 %. Maclean’s s’inspire pour la différence de prix de son quotidien des résultats de Statistique Canada. « C’est une manière d’attirer l’attention sur un écart qui a à peine bougé depuis des décennies, mais nous ne sommes pas les premiers à le faire »

 

 

Inégalités salariales, la parole se libère dans le monde

En 2016, des étudiants de l’Université du Queensland en Australie organisait une vente de pâtisseries appelée “la vente de pâtisseries pour les disparités salariales entre les sexes” : un moyen de marquer l’inégalité salariale entre hommes et femmes en Australie. À l’époque, les réseaux sociaux se sont enflammés avec des messages violents : “Tuez toutes les femmes”, “Je veux violer ces c****s de féministes avec leurs pu****s de produits”. “Nous nous sommes demandé ce qui se passerait si nous l’essayions ici au Canada », explique le magazine.

Au début du mois de janvier 2018, Carrie Gracie, la rédactrice en chef de la BBC en Chine, a démissionné lorsque son salaire s’est révélé inférieur d’au moins 50 % à celui de ses deux homologues masculins. À Hollywood, des actrices dénoncent aussi les inégalités salariales avec des acteurs dans un même film.

En Islande, une loi obligeant les entreprises de 25 salariés ou plus à justifier un salaire égal entre les hommes et femmes a été récemment voté. Maclean’s poursuit donc le combat et choisit de ne pas taire ce sujet. Le magazine a d’ailleurs décidé de verser les recettes réalisées avec les couvertures, vendues plus cher de 1,82 $, à Indspire, un organisme qui remet des bourses d’études à des femmes autochtones.

Pour rappel, l’écart salarial entre les hommes et les femmes en France est de 24 %, selon Le Monde.